Versión para impresora

Current Size: 100%

Exposition à la maison André Breton : Olivier Orus "Poussée onirique dans la diagonale"

  • Exposición
  • Días del Patrimonio
Localización
lunes 25 abr
E-mail contact@maisonandrebreton.fr
Dirección Maison André Breton 46330 Saint-Cirq-Lapopie
Organizador 06 30 87 70 58
Il y a plusieurs façons d’aborder le travail patient et lumineux d’Olivier Orus. Pour ceux qui ne connaissent pas son œuvre, il convient de recueillir quelques éléments extérieurs comme si l’on menait une enquête bien avant que l’œil ne voit ou ne sache ce qui doit être vu. Il s’agira avant tout de renifler, de sentir, de prendre des chemins possibles ou improbables, les plus extravagants parfois. Faire avec ce peu pour aller le plus loin possible. D’abord, on peut s’amuser avec son nom.

Horus est l’appellation latine d’une des plus anciennes divinités égyptiennes, le dieu faucon, dont le nom signifie probablement « Celui qui est au-dessus » ou « Celui qui est lointain ». On l’appréhende aussi comme le faucon céleste dont l’œil droit serait le soleil et l’œil gauche la lune.
Quoiqu’ acrobatique et aventureuse, cette analogie nous permet de rendre autonome certaines qualités de l’œuvre et de l’homme. La notion de « lointain » chez Olivier Orus sera de nouveau à interroger, à entendre comme une dimension fondamentale qui irriguera tout le parcours du peintre.
D’autres chemins s’offrent à nous, sans doute plus concrets et immédiatement défrichables. Il suffit d’égrener les titres ou les thématiques qui accompagnent chaque exposition : Les branches désirantes, Grandeur nature, Feuilles et feuillets, Les arbres enveloppés, Murs et chuchotements, L’ombre portée des choses, Le fil sans fin, Capture du vide, Cartographie du végétal, Sous traits etc.

Dans cette précision du voir, quelque chose se décale, le matériel et l’immatériel, le devoir de précision et les lignes de fuite, la consistance d’un objet et les possibilités de son anéantissement, la proximité ou l’éloignement qui s’avèrent bien étranges pour authentifier ce que l’on croit comprendre des choses.
Dans l’introduction du catalogue « à géométrie variable », Jacques Donnefort-Paoletti évoquera justement la « concrétisation du flou par la précision de la touche ». Il demeure clair que pour Olivier Orus, nous transportons à l’intérieur de chaque certitude l’hypothèse de son inadéquation. L’interrogation commence là.

Vernissage le 29 avril à 19h00. Présentation par Jean-Pierre Siméon directeur de la collection Poésie/Gallimard de la récente édition inédite des célèbres Sommeils du poète surréaliste Robert Desnos.

Dialogue et lectures publiques, scène ouverte et buffet dînatoire offert ! Avec de nombreuses surprises annoncées à l'occasion du lancement de cette nouvelle saison 2022 en attendant la prochaine réouverture de la Maison André Breton actuellement en travaux... où l'on découvrira aussi qu'au-delà de sa grande présence comme bénévole au service de notre association et des projets culturels de notre village, Olivier Orus est aussi un grand artiste qui méritait d'être mis en valeur !

Ouvert du mercredi au lundi de 14h00 çà 19h00 et sur rendez-vous
Prices Min Max Descripción
Gratis / /
    • Français
    • English
    • Español